mardi 3 novembre 2020

François-Ferdinand d'Autriche, un "ami des Turcs"


Guillaume II, lettre à Bernhard von Bülow (chancelier impérial d'Allemagne), Vienne, 6 novembre 1908, source : Bernhard von Bülow, Deutschland und die Mächte vor dem Krieg in amtlichen Schriften des Fürsten Bernhard von Bülow, tome II, Dresde, Carl Reissner, 1929, p. 281-282 :

"L'Archiduc [François-Ferdinand] m'a dit qu'il avait reçu cette nuit une dépêche concernant la réception de l'ambassadeur d'Autriche par le Tsar. Celui-ci a dû attendre quatre semaines avant de pouvoir remettre la lettre de l'empereur François-Joseph. Le ministère russe des Affaires étrangères s'était excusé en déclarant qu'il fallait d'abord rechercher les articles du traité dans les archives, qu'ils ne pouvaient pas trouver au début. A la réception, le Tsar n'a eu que des conversations de salon et a parlé du temps. La politique n'a pas été du tout mentionnée. L'Archiduc a décrit ce comportement comme extrêmement inconvenant. – Des négociations directes sont recherchées avec la Turquie afin d'éviter une conférence. L'Archiduc est un ami des Turcs et il attache une grande importance au fait qu'ils soient renforcés et préservés. La Bosnie-Herzégovine doit être administrée comme un pays d'Empire, d'une manière analogue aux nôtres. Il est très heureux que tout se soit si bien passé grâce à notre attitude loyale, qu'il n'a pas pu suffisamment souligner. Une seule chose l'ennuyait, c'était que le Bulgare [Ferdinand Ier] avait fait son coup au même moment ; il n'était pas normal qu'il soit maintenant toujours nommé et cité en même temps que Sa Majesté l'Empereur ; cela aurait dû être évité. – Les deux jours ici ont été très harmonieux et joyeux grâce à son affabilité pleine de naturel et sa chaleureuse amitié ; il vous envoie des salutations spéciales. La chasse s'est déroulée avec brio, organisée et personnellement dirigée par lui, tout seul. J'ai abattu 65 cerfs. – Je n'ai pas l'impression qu'il y ait une perspective de complication militaire pour le moment, à moins que la Serbie et le Monténégro ne soient complètement fous."

Voir également : Les déportations de populations civiles durant la Première Guerre mondiale : l'exemple de la Bosnie austro-hongroise

L'opération terroriste "Némésis" : des crimes de la haine

La conservation de l'héritage ottoman dans la Bosnie austro-hongroise

XVIIe siècle : l'Europe des Habsbourg et l'"apaisement turc"