samedi 9 mai 2020

Talat Bey et le traité de paix bulgaro-ottoman (1913)




"Le Traité turco-bulgare est signé : Déclarations de Talaat bey", Le Journal, 30 septembre 1913, p. 4 :

"Constantinople, 29 septembre. (Par dépêche de notre correspondant particulier.) — Le traité de paix turco-bulgare a été signé ce soir à 5 heures.

Talaat bey, ministre de l'intérieur et premier plénipotentiaire, déclare : « Nous sommes entièrement satisfaits des résultats des négociations et il me semble que les Bulgares le sont aussi.

» Le traité ne contient aucune clause secrète. Les circonstances détermineront, l'heure venue, les nouveaux arrangements, si toutefois ils doivent se produire. »

En parlant des négociations avec la Grèce, Talaat bey dit :

« Les prétentions grecques sur la question des nationalités sont absolument inadmissibles. La Turquie ne peut, à aucun prix, consentir à les accepter. Espérons que la Grèce saura reconnaître l'exagération de ses demandes et fera preuve du même esprit de modération que nous. Il est donc à espérer que nous nous entendrons.

» Quant à nous, nous sommes pacifiques et ne recourrons à la guerre que si nous y sommes forcés par d'inadmissibles exigences. Nous ne songeons qu'à consacrer nos efforts à des œuvres de réformes intéressantes, que nous conduirons avec toute notre énergie et toute notre bonne volonté. »

Après la signature du traité le grand vizir vint dans la salle des réunions de la conférence et fit un petit discours pour déclarer la satisfaction qu'éprouvait le gouvernement impérial de voir la conclusion du traité sur des bases solides et durables. Le général Savoff, premier plénipotentiaire bulgare, répondit dans le même sens."

Voir également : Reprendre Edirne : l'objectif entêtant des Jeunes-Turcs (1913)

1914 : l'émigration des Grecs de Thrace orientale et d'Anatolie occidentale
  
Le contexte des exactions dans l'Empire ottoman tardif : insuffisances de l'administration, difficultés des réformes et du maintien de l'ordre

Sauver l'Empire ottoman : les négociations multilatérales des Jeunes-Turcs, en vue du maintien de la neutralité ou d'une alliance défensive 

Les raisons de l'intervention ottomane dans la Première Guerre mondiale

  
Le patriotisme ottoman du Comité Union et Progrès (İttihat ve Terakki)
 

La révolution jeune-turque ou l'inextinguible lumière de l'espoir