vendredi 8 mai 2020

La volonté réformatrice de Talat Bey




"Un Réformateur : Déclarations sympathiques du nouveau ministre de l'intérieur ottoman, Talaat bey.", L'Aurore, 13 août 1909, p. 1 :
Constantinople, 12 août

Dans une interview, Talaat bey, ministre de l'intérieur, a déclaré que la délégation de la Chambre est enchantée de l'accueil qu'elle a rencontré à Paris et à Londres et des témoignages de sympathie des hommes politiques français pour la jeune Turquie, dont le programme, nullement nationaliste, consiste à travailler au bien de toutes les races de l'empire.

Talaat bey a exprimé sa joie d'avoir été en relations avec le monde politique français. Il a parlé avec enthousiasme de la revue du 14 juillet et de la « merveilleuse armée française ».

Le ministre a déclaré : « Non seulement nous autorisons les officiers ottomans à faire un stage dans l'armée française à leurs frais mais, d'accord avec Mahmoud Chevket pacha, qui est plein d'admiration pour l'armée française, nous venons de décider d'inscrire au prochain budget des crédits afin d'envoyer des officiers en France aux frais de l'Etat. »

Talaat bey a ajouté :

« Avant toute autre chose, je dois assurer la sécurité intérieure de l'Empire, sans laquelle les progrès économiques et moraux sont impossibles. Aussi ai-je envoyé aux valis une circulaire les rendant responsables de la sécurité des vilayets. Nous ne nous bornerons pas désormais à révoquer, mais nous renverrons devant les tribunaux les gouverneurs qui ne feront pas leur devoir.

« D'autre part, je proposerai prochainement au conseil des ministres d'augmenter les pouvoirs des autorités provinciales. Je remplacerai quelques valis incapables par des hommes acquis aux idées nouvelles.

« Nous sommes enfin fermement résolus à adopter toutes les mesures nécessaires pour faire disparaître définitivement le brigandage existant dans quelques régions de l'Anatolie, et pour anéantir les bandes opérant en Macédoine.

« Quant à Constantinople, j'ai trouvé un homme habile, capable d'être gouverneur de la capitale, mais j'attends son acceptation pour le nommer.

J'ai décidé de créer à Constantinople un service de la sûreté publique, qui n'y a encore jamais existé, Ghaleb bey en sera nommé directeur.

« Enfin je m'occupe actuellement de la réorganisation de la police de la capitale : de nouveaux commissariats centraux de police seront créés, leur direction sera donnée à des juges, à des procureurs, et à des docteurs en droit, qui ont déjà fait leurs preuves en Macédoine. »

En terminant, Talaat bey a déclaré ne pas croire à la possibilité de nouveaux désordres et de mouvements réactionnaires à Constantinople. Le gouvernement et l'armée ont pris des mesures efficaces pour les prévenir. D'ailleurs, le mécontentement qu'il faut attribuer aux fonctionnaires révoqués ne se fera sentir que l'année prochaine, car les personnes révoquées ont touché, en partant, une somme suffisante pour vivre pendant une année. D'un autre côté, les travaux publics et des entreprises privées fourniront des emplois aux nombreux sans travail.

Voir également : Talat Paşa (Talat Pacha), d'après diverses personnes

Après tout, qui se souvient de l'amitié indéfectible entre Talat Paşa (Talat Pacha) et Ernst Jäckh ? 

Talat Paşa (Talat Pacha), une victime du racisme anti-tsigane

Un aperçu de la diversité humaine dans l'Empire ottoman tardif : moeurs, mentalités, perceptions, tensions

Le prétendu "massacre jeune-turc" d'Adana en avril 1909

L'opposition des non-Turcs à la mise en oeuvre de l'ottomanisme

1914 : l'émigration des Grecs de Thrace orientale et d'Anatolie occidentale
  
Le contexte des exactions dans l'Empire ottoman tardif : insuffisances de l'administration, difficultés des réformes et du maintien de l'ordre

Un entretien avec Cemal Paşa (1914)

Interview d'Enver Paşa (Enver Pacha) à La Stampa (1914)

Le patriotisme ottoman du Comité Union et Progrès (İttihat ve Terakki) 

La révolution jeune-turque ou la quête d'une modernité turque 

La révolution jeune-turque ou l'inextinguible lumière de l'espoir