samedi 31 décembre 2016

Sun Yat-sen et la Turquie




Sun Yat-sen (père fondateur de la République de Chine), discours à Kobe (Japon), 28 novembre 1924 :

"A l'heure actuelle, l'Asie ne possède que deux pays indépendants, le Japon à l'Est et la Turquie à l'Ouest. En d'autres termes, le Japon et la Turquie représentent les barricades orientale et occidentale de l'Asie. (...) La Chine possède aussi des armements considérables actuellement, et quand son unification sera accomplie, elle deviendra aussi une grande puissance. Nous préconisons le panasiatisme pour restaurer le statut de l'Asie. Ce n'est que par l'unification de tous les peuples asiatiques, sur la base de la bienveillance et de la vertu, que ceux-ci peuvent devenir forts et puissants.

Mais compter sur la seule bienveillance pour convaincre les Européens en Asie d'abandonner les privilèges qu'ils ont acquis en Chine serait un rêve chimérique. Si nous voulons retrouver nos droits, nous devons recourir à la force. En matière d'armements, le Japon a déjà atteint ses objectifs, alors que la Turquie s'est aussi récemment armée de manière complète.

(...) un certain nombre d'érudits européens et américains ont commencé à étudier la civilisation orientale et ils se rendent compte que si l'Orient est matériellement loin derrière l'Occident ; l'Orient est moralement supérieur à l'Occident. (...)

Si nous voulons réaliser le panasiatisme dans ce monde nouveau, quel doit être son fondement sinon nos anciennes civilisation et culture ? La bienveillance et la vertu doivent être les fondements du panasiatisme. Avec cela comme base solide, nous devons ensuite prendre les sciences de l'Europe pour notre développement industriel et l'amélioration de nos armements, non pas comme les Européens l'ont fait pour opprimer et détruire d'autres pays mais pour nous défendre. (...)

Comparons les populations de l'Europe et de l'Asie : la Chine a une population de 400 millions, l'Inde de 350 millions, le Japon de 60 millions, et, au total, l'Asie ne compte pas moins de 900 millions d'habitants. La population de l'Europe est de l'ordre de 400 millions. Il est intolérable que 400 millions puissent opprimer 900 millions et, dans le long terme, cette injustice sera vaincue. (...)

En un mot, le panasiatisme représente la cause des peuples asiatiques opprimés."

Voir également : La sous-estimation méprisante des Turcs

La lutte d'indépendance impulsée par Mustafa Kemal : une résistance à l'occupation de l'Entente et aux irrédentismes gréco-arméniens

La légitimité d'Atatürk, selon le chrétien libanais Amin Maalouf

Le kémalisme, la bonne révolution

Les 16 étoiles du fanion présidentiel de la République de Turquie

L'exaltation de la culture populaire turque d'Anatolie par le régime kémaliste

Le nationalisme turc, voie médiane entre occidentalisme et orientalisme