lundi 6 juin 2016

Memmed Emin Resulzade, père fondateur de la République d'Azerbaïdjan




Paul Dumont, "La revue Türk Yurdu et les musulmans de l'Empire russe, 1911-1914", Cahiers du monde russe et soviétique, volume 15, n° 3-4, 1974 :

"Mehmed Emin Resul-zade (1884-1954) avait participé à l'activité des groupes clandestins sociaux-démocrates de Bakou avant de se tourner vers le nationalisme azéri. Réfugié en Iran de 1908 à 1910, il avait été expulsé de ce pays en 1910, et s'était alors rendu en Turquie où il devait collaborer à la création de diverses associations panturques. Revenu en Azerbaïdjan en 1913, il fut nommé président du parti Musavat en 1917 et joua, en mai de la même année, un rôle de premier plan au Ier Congrès des Musulmans de Russie. En 1918, après la proclamation de l'Indépendance de l'Azerbaïdjan, il fut élu président du Comité national. A la suite de son arrestation, en 1920, il réussit à s'évader, continuant de jouer jusqu'à sa mort un certain rôle dans l'émigration." (p. 316, note 7)


Georges Mamoulia, Les combats indépendantistes des Caucasiens entre URSS et puissances occidentales : Le cas de la Géorgie (1921-1945), Paris, L'Harmattan, 2009 :

"Parmi les Azerbaïdjanais, le parti démocratique « Moussavat » (« L'Egalité ») était le plus populaire. Créée vers 1912, cette organisation politique clandestine ne fut légalisée qu'en 1917. Son programme avait beaucoup évolué car son objectif initial était d'obtenir pour les musulmans de l'Empire des Romanov les mêmes droits que les Russes, ainsi que d'unir et de libérer tous les peuples musulmans de Russie indépendamment de leur nationalité. Ces sentiments de solidarité musulmane furent renforcés par la première guerre balkanique. Cependant à partir de 1913, quand Memed Emin Rassoul-Zadé devint le leader de cette organisation, l'idéologie du « Moussavat » évolua vers le nationalisme azerbaïdjanais et les idées socialistes. Après la révolution de février 1917, Rassoul-Zadé combattit le panislamisme en préconisant l'autonomie territoriale pour l'Azerbaïdjan. Il s'était rallié à l'idée d'une nation azerbaïdjanaise, même si au début il n'employait pas ce terme. Il voulait créer une République russe fédérée, avec une large autonomie religieuse et territoriale11. Après le coup d'Etat bolchevik, il revendiqua l'indépendance complète pour l'Azerbaïdjan.

Et à l'été 1918, quand les troupes ottomanes occupèrent l'Azerbaïdjan avec l'ambition de créer le Grand Touran, les Jeunes-Turcs trouvèrent l'idéologie moussavatiste incompatible avec celle du panturquisme. Rassoul-Zadé, comme d'autres dirigeants du parti considérés par les Turcs comme très à gauche et indépendantistes, furent même expulsés d'Azerbaïdjan vers la Turquie. A cette époque, en effet, les Turcs se sentaient plus à l'aise avec le parti conservateur panislamiste « Ittihad » (l'« Union »). Créé en septembre 1917, l'« Ittihad », qui fondait son idéologie uniquement sur la Charia et la Oumma, préconisait initialement une orientation prorusse et l'alliance la plus étroite avec tous les peuples musulmans de l'ancien empire des Romanov. Ce parti était fondamentalement hostile à l'idée de nation et par conséquent à tout ce qui ressemblait à de l'« azerbaïdjanisme » et même du « turquisme ». Cependant au printemps 1918, encouragés par l'avance des Turcs dans le Caucase, les ittihadistes changèrent d'orientation, préférant appeler au ralliement des musulmans du Caucase à l'Empire ottoman. (...)


11 Lors du congrès des musulmans de Russie du 1er au 11 mai 1917, M. E. Rassoul-Zadé et A. M. Toptchibachy, les représentants de l'Azerbaïdjan, préconisèrent la création d'une République russe fédérée, dans laquelle les entités où les peuples musulmans étaient majoritaires bénéficieraient d'une large autonomie territoriale tandis que les peuples musulmans dispersés devaient jouir d’une autonomie culturelle. Voir : A. M. Toptchibachy, Les congrès musulmans de Russie, pp. 33-34. Archives personnelles de l'auteur." (p. 12-13)

"Mamed Emine Rassoul-Zadé (1884-1955)
L'un des dirigeants principaux de l'Azerbaïdjan indépendant et chef du parti « Moussavat ». En 1902, fait ses études à l'école technique de Bakou. En 1904, créa l'organisation musulmane social-démocrate « Himmat » (« L'Impulsion ») comme filiale autonome du POSDR (parti ouvrier social-démocrate russe). En 1905-07, il participa à la première révolution russe en collaborant avec les Bolcheviks caucasiens, y compris Staline. Fut sous la surveillance de la police. En 1909, émigra en Iran où il participa à la révolution iranienne. Fut l'un des fondateurs du parti démocratique. En 1911, après l'écrasement de la révolution iranienne, fut obligé de s'installer en Turquie. En 1913, amnistié à l'occasion du tricentenaire de la dynastie des Romanov, rentra en Azerbaïdjan. Devint le chef du nouveau parti « Moussavat ». En 1917, après la révolution du février, participa aux congrès des musulmans caucasiens de Bakou (en avril) et de musulmans de toute la Russie à Moscou (en mai). A la proposition de Rassoul-Zadé, le congrès de Moscou adopta une résolution appelant à la création d'une république fédérée russe. En juin, après le ralliement du « Moussavat » au « parti turc fédéraliste » et la création « du parti turc démocratique Moussavat », fut élu président de ce dernier. En 1918, membre du Seïm transcaucasien, puis, président du Conseil national azerbaïdjanais qui le 28 mai proclama l'indépendance de l'Azerbaïdjan. Après l'invasion de l'Azerbaïdjan par les troupes russes, fut arrêté par la Tcheka et emprisonné. Libéré grâce à l'intervention de Staline, Rassoul-Zadé fut envoyé à Moscou, où il fut employé comme orientaliste au commissariat de nationalités. En 1922, émigra en passant par la Finlande en Turquie. Dans l'émigration vécut en Turquie et en Pologne. En 1926, l'un des fondateurs et des présidents du Comité de l'indépendance du Caucase, l'organisme central caucasien du mouvement prométhéen. En 1922-31 publiait à Istanbul les revues Yeni Kavkasia (Nouveau Caucase), Azeri-Türk (Turc Azerbaïdjanais), Bildirik (L'Unité) et İstiklal (L'Indépendance). En 1927-39 chef du Centre national azerbaïdjanais et de l'organisation azerbaïdjanaise du mouvement prométhéen. A publié aussi plusieurs livres sur le problème du Caucase et de l'Azerbaïdjan." (p. 349-350)


Articles de Memmed Emin Resulzade : La réponse cinglante de Memmed Emin Resulzade à Khondkarian

Memmed Emin Resulzade : "Sous le mot d'ordre de l'Unité du Caucase"

Voir également : Histoire des Arméniens : massacre de la population azérie à Bakou

Transcaucasie (1918) : les tueries de populations azéries par les forces dachnako-bolchevistes

La pensée d'Ahmet Agaïev/Ağaoğlu