vendredi 18 septembre 2015

La protection du patrimoine sous les Jeunes-Turcs

Stéphane Yerasimos, "Le discours sur la protection du patrimoine en Turquie des Tanzimat à nos jours", European Journal of Turkish Studies, 19 | 2014 (publié initialement sous le titre : "Tanzimattan Günümüze Türkiye'de Kültürel Mirası Koruma Söylemi", İstanbul Dergisi, n° 54, juillet 2005) :

"En 1914, avec le début de la guerre, André Auric rentre en France et à sa place est nommé Kemalettin Bey comme conseiller à la Commission des affaires techniques. Ce dernier, de la sorte, s'est trouvé à une position centrale au sein de la politique d'aménagement tout au long de la guerre. Dans une décision de la Commission des affaires techniques du 7 juin 1916 relative à la parcellisation, il est ainsi stipulé :

On n'autorisera pas la parcellisation à des fins de construction dans les endroits à l'état de forêt dévoués à l'agrément du peuple, qu'il s'agisse de parcs ou de pinèdes, dans les endroits qui possèdent des antiquités ou des sources en eau, ainsi que dans les lieux de pèlerinage, bref dans tous les lieux d'intérêt public.

Cependant, entre ce que préconisait cette décision et la réalité des pratiques, l'écart constaté a été considérable, comme le laisse clairement entendre un document du ministère de l'Intérieur daté du 23 Mars 1917 :

Les antiquités de notre nation, ces derniers temps, ont été l'objet de destructions qui dépassent l'entendement (....) au mépris complet des Règlements sur les Antiquités et la Conservation des Monuments. (...)


Là-dessus, le ministère de l'Enseignement, par une décision datée du 9 mai 1917, considère souhaitable la création d'un « Conseil permanent à même de penser aux mesures qui permettront des sauver les Antiquités » des exactions auxquelles elles sont exposées. Cette institution s'est réunie pour la première fois le 31 mai 1917. Parmi ses membres on remarque le directeur des musées, Halil Edhem, Kemalettin Bey, le Dr Nazim, du comité central du parti Unioniste et Celâl Esad (Arseven)."

Voir également : Le patriotisme ottoman du Comité Union et Progrès (İttihat ve Terakki)

Les Jeunes-Turcs et les confréries soufies

Les Jeunes-Turcs et l'alévisme-bektachisme

Osman Hamdi Bey

Les Turcs et l'art : créateurs, mécènes et collectionneurs

La destruction massive de l'architecture religieuse ottomane en Grèce

Le fanatisme destructeur des Grecs à l'encontre de l'architecture turco-ottomane