lundi 1 juin 2015

Digne d'un si grand Empire




Antoine Geuffroy, Briefve description de la court du Grant Turc, Paris, Chrestien Wechel, 1543 :

"Le dict Roy Seleyman peult estre a présent de l'aage de cinquante ans, ou environ, et est ainsi que j'ay entendu, long de corps, de menuz ossemens, maigre, et mal proportionné : le visaige brun et bazanné : la teste rasé, fors un touppet de cheveulx au sommet, ainsi que ont tous les Turcs, pour mieulx asseoir leur talopan, qui est un acoustrement de linge. Il a le front elevé et large : les yeulx gros et noirs, le nez hault, et un peu courbe ou aquilin, les moustaches long et roux : le menton rez au ciseau, et non au rasouer, le col long, graisle et pendant : melancholique, peu parlant, et peu riant, mais fort cholere, assez lourt, mal adroit, et qui ne prent plaisir à aucun exercice. Au demeurant réputé vertueux et homme de bien entre les siens, bien gardant sa loy, attrempé et modéré, aymant la paix et repoz plus que nul de ces prédécesseurs, ce que les Turcs luy imputent à pusillanimité et faulte de couraige. Il est estimé doulx et humain, gardant sa foy et parolle quoy qu'il promette, et qui facilement pardonne à ceulx qui l'ont offensé. Son passe temps est de lire es livres de philosophie, et de sa loy. En laquelle il est tellement instruict, que son Mofty ne luy en scauroit apprendre aucune chose. On ne le tient point trop libéral, mais plus eschars que ses prédécesseurs. Il se laisse manyer et gouverner à ceulx qu'il ayme, et en qui il se fie, combien qu'il soit quelque foys obstiné et opiniâtre. Troys foys la sepmaine on lit devant luy les histoires de ses prédécesseurs, esquelles il ne seuffre estre mis ou escript aucune mensonge, qu'il puisse congnoistre, ny pareillement flateries, mais seullement le vray faict pur et nud : et ne se arreste que aux traictez et praticques, qui ont esté menez avec leurs voisins, et autres nations, et au vray narré, concernant la conduicte de leurs affaires."

Ogier Ghislain de Busbecq, Ambassades et voyages en Turquie et Amasie (traduit en français par S. Gaudon), Paris, Pierre David, 1646, p. 153-155 :

"Je ne doute point que vous n'ayez la curiosité d'apprendre quel homme c'est que Soliman C'est un Prince sur le declin de son aage, qui paroist à son visage & à tout son corps, estre digne d'un si grand Empire ; Il a la réputation d'avoir esté toujours sage dans l'aage mesme qu'il est permis en quelque façon chez les Turcs, de pecher sans reproche ; la jeunesse n'a point esté infame par l'yvrongnerie, ny par l'amour des garçons, quoy que ce soit les delices des Turcs ; & ses plus grands ennemis ne le blasment que d'estre trop sujet à sa femme, & de s'estre laissé tromper par ses artifices, lors qu'il a fait mourir son fils aisné Mustapha ; encore impute-on sa faute aux enchantemens de ceste Sultane. Tout le monde sçait que depuis son légitime mariage il n'a couché avec aucunes de ses concubines, quoy qu'il ne luy soit point deffendu par sa Loy, dont il est si severe observateur, & de toutes ses ceremonies, qu'il a autant de passion de les faire recevoir par tout, que d'agrandir son Empire. Sa santé n'est pas mauvaise pour ses années, si sa mauvaise couleur n'estoit une marque de quelque secrete maladie, que la plus part du monde croit estre une Gangrene dangereuse à la cuisse.

Ce Prince a soin de corriger le vice de son teint avec du vermillon & du rouge, lors qu'il sçait qu'un ambassadeur est prest de venir rendre congé de sa Hautesse, croyant qu'il est important pour sa reputation qu'on ait bonne opinion de sa santé pour se faire craindre des Estrangers, comme se portant bien & estant robuste ; ce qui fut cause que je luy vis un meilleur visage en luy disant à Dieu, que lors que je l'avois veu la premiere fois."

Voir également : Kanuni Sultan Süleyman (Soliman le Magnifique ou le Législateur)

Le XVIe siècle, l'"âge d'or" de la civilisation ottomane

Le Turc ottoman, un être hautement civilisé

La législation ottomane : du kanun aux Tanzimat