mercredi 6 juin 2012

Le non-soutien de la France aux révoltes nationalistes anti-ottomanes

Robert Mantran, Histoire d'Istanbul, Paris, Fayard, 1996, p. 288 :

"(...) en Grèce, la tentative du poète Constantin Rhigas de créer une république indépendante a échoué (1798). De nouvelles révoltes éclatent dans les provinces arabes (Arabie, Syrie) et anatoliennes de l'Empire. Les plus vives ont pour théâtre les provinces européennes (Bulgarie, Thrace, Epire, Serbie) et sont plus ou moins encouragées par la Russie et l'Autriche3. (...)

3. Il y a là un paradoxe puisque ces mouvements s'inspirent souvent de l'idéologie de la Révolution française. Or la France ne les soutient pas parce qu'elle est l'alliée des Ottomans face à leurs adversaires communs, Russes et Autrichiens."

Voir également : L'amitié franco-turque