lundi 18 avril 2011

La collaboration d'une faction des noblesses slavo-orthodoxes avec les sultans ottomans

Georges Castellan, Histoire des Balkans, XIVe-XXe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 65-66 :

"La légende s'est emparée du récit de la bataille [du Champ des Merles], jonglant avec les chiffres de combattants, embrouillant les manoeuvres d'ensemble par l'évocation des exploits singuliers. Ce qui est sûr, c'est que l'armée de Murâd était grossie des contingents de ses vassaux chrétiens, le prince bulgare Velbuzd, le Serbe Marko Kraljevic, ennemi de Lazare, mais aussi des émirs musulmans, vassaux ou alliés d'Asie Mineure ; manquait le basileus Jean V, qui n'était plus capable de mobiliser des troupes. En face, les armées du prince Lazare et du roi Tvrtko avaient été renforcées de contingents valaques du voïvode Mircea, et d'Albanais de Georges Balsha et de Demeter Jonima. On parla de cent mille hommes d'un côté, de soixante mille de l'autre (en inversant les chiffres suivant les sources, ottomanes ou chrétiennes)."