lundi 21 mars 2011

L'intégration des Albanais au sein de la classe dirigeante ottomane

Serge Métais, Histoire des Albanais. Des Illyriens à l'indépendance du Kosovo, Paris, Fayard, 2006, p. 205-206 :

"Si les Albanais ont été des rebelles redoutés à l'époque ottomane, leurs qualités guerrières ont aussi été appréciées très tôt dans les rangs des Turcs. Car on ne saurait ignorer que lorsque Skanderbeg combattait leurs armées, elles étaient parfois (déjà à l'époque) commandées... par d'autres Albanais. (...)

Si les Albanais furent très tôt des soldats courageux et des stratèges au service du sultan, ils devinrent aussi très rapidement des administrateurs de l'Empire. Qu'on en juge : de 1453 à 1623, sur vingt-six grands vizirs (Premiers ministres), onze furent des Albanais, six des Grecs, cinq seulement des Turcs. L'Albanais Mehmet Qyprilli (Köprölu) devint Premier ministre en 1656 et (chose remarquable) son fils lui succéda. De fait, une dynastie albanaise de grands vizirs s'installa alors au service des sultans. La famille Köprölu fut à ce point associée au pouvoir politique turc qu'en 1956 c'était encore l'un de ses membres qui était ministre des Affaires étrangères de la Turquie ! On observera aussi qu'au XIXe siècle c'est un Albanais, le pacha Mehmet Ali, qui fut le fondateur de la dynastie égyptienne.

Les Serbes et les Bulgares ont en général été moins intégrés que les Albanais dans l'administration de l'Empire ottoman. Ils étaient moins présents parmi les officiers et les hauts responsables de l'armée."